Informations sur le livre

EAN : 978-2-3222-5628-0

Pages : 236

Prix : 8.90 €

Prix pdf, Epub, kindle... : 4.90 €. En promotion pendant 2 mois à 3.90 €.

Un extrait

 

Prologue

 Huit ans auparavant

 

À deux heures du matin, par une nuit sans lune, les trois hommes amenèrent les lourds sacs-poubelle au bord du trou qu’ils venaient de creuser. Personne n’habitait là depuis plusieurs années. La maison était à l’abandon, tout comme son jardin, à la suite d’une histoire d’héritage difficile. La cachette idéale. Pour éviter tout problème si, un jour, de futurs propriétaires voulaient réhabiliter les lieux, ils avaient creusé profond. Ils mirent, avec quelques difficultés, les sacs dans la fosse, puis la rebouchèrent soigneusement en essayant de faire le moins de bruit possible. Il n’y avait pas de vis-à-vis, mais on n’était jamais assez prudents.

Un soulagement profond les envahit lorsqu’ils eurent terminé leur sale besogne. L’incident — si on pouvait appeler cela comme ça — était clos, ils ne reviendraient plus dessus. Ils pouvaient donc considérer que rien n’était arrivé. Ils jurèrent de ne plus en reparler. Leur petite vie tranquille pouvait reprendre.

 

1

 

 À peine levée, encore en peignoir, je traversai à toute allure la petite cour devant ma maison pour récupérer le Parisien, dans la boîte aux lettres. Fébrilement, je l’ouvris. Je ne fus pas déçue. Comme promis par la journaliste avec qui j’avais échangé deux jours auparavant, la une de ce samedi titrait : Disparition du célèbre astronome Bernard Morin. En prenant mon petit-déjeuner, j’allumai ma tablette. Soulagée, je pus constater que les autres médias reprenaient l’information. Enfin ! Il était temps ! Plus les jours passaient et moins on avait de chance de le retrouver.

J’avais lancé l’alerte sur les réseaux sociaux dès le jeudi matin. Mes messages sur Facebook et Twitter avaient bien été relayés et, comme je l’espérais, avaient suscité l’attention du public, puis de la presse qui m’avait contactée.

Bernard Morin, 62 ans, grand, chauve, un peu voûté, petites lunettes cerclées, très maigre, était un astronome spécialiste de l’étude du soleil, reconnu dans le monde entier. L’homme était également apprécié pour sa participation à des émissions scientifiques consacrées à la découverte de l’astronomie, diffusées sur des chaînes de télévision à forte audience. Il avait écrit de nombreux livres sur le système solaire, destinés au grand public, et plus particulièrement sur l’astre du jour. Ses ouvrages se vendaient très bien.

Je m’étirai avant de reprendre la lecture de mon article en dégustant une tasse de café bien fort : 

Bernard Morin, le scientifique mondialement connu pour ses travaux sur les cycles du soleil et les orages magnétiques, n’a plus donné signe de vie depuis mercredi dernier. Sa disparition est d’autant plus inquiétante que sa voisine a retrouvé à son domicile son scooter, ses papiers, son téléphone portable, ses cartes de crédit et son argent.

— Avec moi dans le rôle de la voisine ! ne puis-je m’empêcher de penser.

Cette dernière nous a précisé qu’elle était très soucieuse, car Bernard Morin la prévenait chaque fois qu’il partait afin qu’elle surveille sa maison et donne à manger à sa chatte, ce qu’il n’a pas fait cette fois-ci. Le mystère reste donc complet.

L’article continuait en expliquant qu’un appel à témoins avait été lancé sur les réseaux sociaux afin que toute personne ayant vu l’astronome, depuis mercredi dans la soirée, puisse donner des informations qui pourraient s’avérer précieuses pour le retrouver.

Cette disparition me rappelait de mauvais souvenirs1 Quelques années plus tôt, avec la célèbre romancière Édith Delafond, j’avais été impliquée, bien malgré moi, dans celle de Jacques de la Flandrière. Elle avait été suffisamment difficile et dangereuse à élucider pour que je n’aie pas envie d’être confrontée à celle de Bernard.

Cependant, j’avais appris à apprécier Bernard et je ne pouvais pas faire comme si rien ne se passait. Je ne voulais donc pas attendre son hypothétique retour, et ce, même si mes moyens d’action étaient quasiment inexistants. Je n’avais, en effet, aucun lien filial avec l’astronome et ce dernier ne m’avait jamais parlé d’une quelconque famille. Je n’avais pas non plus connaissance de menaces qu’il aurait pu recevoir. Impossible de déclencher une enquête : un homme a le droit de prendre la poudre d’escampette du jour au lendemain s’il en a envie. Je devais en apprendre plus, mais toute seule…

 

1 cf. Meurtre à Dancé de Nathalie MICHAU

 

L'écriture du livre

Ecrire ce livre n'a pas été simple. C'est le livre qui m'a pris le plus de temps. Plus de 4 ans. L'intrigue devait au départ se dérouler à Sorel-Moussel, à côté d'Anet, pas loin de Dreux et Evreux, l'endroit où mon père avait une maison où j'aimais aller. L'histoire se déroulait donc à la campagne. Je commence à m'imprégner de l'ambiance, je prends des photos, je décide des lieux où mes personnages prendront vie. L'intrigue est bien avancée...

Puis patatras... Mon père déménage loin de la région. Impossible de continuer le livre à cet endroit-là car je n'ai plus aucun relai sur place pour mes investigations, puis pour le lancement du livre.

Je stoppe tout pendant plusieurs mois, cherchant des solutions. L'écrivain est un être fragile et susceptible, c'est bien connu, et là, la contrariété est de taille.

C'est mon cher et tendre qui me sort de l'ornière. Il me propose tout simplement que l'intrigue se déroule, là où j'habite, à la Cité Jardin de Suresnes.

La bonne nouvelle est que cela me débloque. La mauvaise est que des rebondissements et une intrigue pensés pour se dérouler à la campagne ne sont pas forcément adaptés pour la ville. Nouveaux moments d'intenses réflexions pour retravailler et adapter l'histoire, ce qui prend du temps...